Moncoutié : « Je vais bien finir par quitter le vélo »


Moncoutié : « Je vais bien finir par quitter le vélo »

Par
Mardi 14 août 2012 - 21:34
Photo : Unipublic







David Moncoutié s’apprête à courir, sauf surprise, la dernière Vuelta de sa carrière. Il admet être proche de la retraite : « Même si ce n’est pas dit officiellement, je crois que ça l’est dans la tête… » Mais il va jouer le coup à fond pour finir sur une bonne note. Le Lyonnais a répondu aux questions de Velochrono. Il a un objectif : remporter un cinquième maillot consécutif de meilleur grimpeur. Est-il en assez bonne santé pour cela ?

David, il y a un mois, vous quittiez le Tour de France. La semaine dernière, vous étiez sur le Tour de l’Ain, une course qui vous plait beaucoup et dont vous étiez le tenant du titre… Mais cette année, c’était avant tout une course de reprise : vos sensations vous ont-elles satisfait ?

En effet, c’était une course de reprise avant tout… Il me fallait voir comment évoluaient mes blessures et mes courbatures après ma chute sur le Tour de France. On a pris la décision de faire une course avant la Vuelta. Mais je n’allais pas sur le Tour de l’Ain avec des ambitions au classement général. Au final, je me sentais de mieux en mieux chaque jour même s’il me reste une petite lacune : j’ai des douleurs en bas du dos, surtout sur le vélo, donc c’est embêtant. Ça fait mal dans les descentes et c’est un petit handicap, donc on va essayer de corriger ça avant le départ de la Vuelta.

Dans l’ordre, qu’avez-vous fait depuis que vous avez quitté le Tour, le 13 juillet dernier ?

Je suis rentré chez moi le soir même. Je ne suis pas passé par la case hôpital. J’ai passé huit jours sans vélo, avec une infirmière qui venait me faire des soins tous les jours, et j’ai effectué une reprise progressive dès le neuvième jour. J’ai repris une bonne semaine avant le Tour de l’Ain, et voilà !

Place à la Vuelta donc… Vous souvenez-vous de votre première course en Espagne ?

C’était en amateur, une course dans le Pays basque, avec mon club de Blagnac…

Et chez les pros, les premiers gros souvenirs, c’est la Clasica Alcobendas ?

Oui, en 2002, j’avais gagné une étape et le classement général. C’était ma première victoire marquante en Espagne. Puis en 2005, j’avais gagné une étape au Tour du Pays basque. Je crois que c’était le premier succès français après la création du Pro Tour…

La découverte de la Vuelta date de 2008. Seulement 2008.

J’ai découvert le Tour d’Espagne assez tard, c’est vrai. J’avais 33 ans, je crois… Finalement, quand j’y réfléchis bien, j’y étais allé pour me rattraper du Tour (42e et aucune victoire d’étape, ndlr) donc ça part d’une coïncidence… Et j’ai vu tout de suite que c’était fait pour moi ! Ce sont de très bons souvenirs. C’était le profil que j’aimais car c’est une course montagneuse, mais il n’y avait pas que ça : il y a de la chaleur et il ne faut pas trop frotter. Toutes les conditions que j’aime. Cette année là, je termine huitième. Ça m’a plu et j’y suis retourné l’année d’après…

C’est une épreuve que vous suiviez beaucoup avant de la disputer pour la première fois ?

Non ! Avant d’y aller, je ne la suivais pas plus que ça… Comme beaucoup de monde, je me limitais au Tour et je ne suivais pas trop la fin de saison, on va dire. Mais j’y ai goûté et j’ai aimé tout de suite !

Quand vous découvrez la Vuelta, la course commence à s’internationaliser. Fini l’époque où il y avait souvent plus de vingt espagnols dans le top 30…

C’était un peu ça… Mais c’était aussi dû au fait que c’était la fin de saison : c’est surtout ceux qui voulaient se rattraper qui y allaient. Il n’y avait pas forcément beaucoup de coureurs français qui courraient la Vuelta, pas beaucoup de volontaires pour y aller. Quand on envoyait un coureur là-bas, ce n’était pas toujours une grosse motivation pour lui…

Mais ça a changé aujourd’hui, en raison du nombre de coureurs dans les équipes. Et aussi parce que c’est devenu l’occasion pour les jeunes de débuter sur un grand tour ?

Oui, c’est vrai. Dans les équipes, les effectifs sont plus importants. Et on va dire que les trois grands tours et les courses World Tour sont devenues par conséquent plus importantes. Il y a des points à prendre et c’est moins négligé… Pour les jeunes, c’est une bonne chose aussi. Quand on voit le plateau du Tour cette année, il y a autant de grimpeurs sur la Vuelta… Voire plus !

Vous êtes quadruple meilleur grimpeur en titre de la Vuelta, mais vous avez aussi gagné des étapes. Laquelle vous a le plus marqué ?

Celle au sommet de la Sierra Nevada, avec le maillot de meilleur grimpeur ! J’aime porter ce maillot… Rein Taaramae m’avait bien aidé puis j’avais terminé en solitaire… C’est l’un des meilleurs souvenirs de ma carrière.

Ces maillots de meilleur grimpeur, ils ont été de plus en plus dur à aller chercher ?

On va dire que c’est monté crescendo, oui… La première fois, je suis venu un peu comme ça et j’avais pas mal de points en milieu d’épreuve, sans forcément courir après. La deuxième année, c’était pareil. La troisième fois, ce fut plus disputé. Et encore davantage la quatrième fois avec Matteo Montaguti qui était très motivé. Il est plus rapide que moi mais grimpe un peu moins, donc ce fut des sprints d’usure !

L’an dernier vous avez donc égalé José Maria Jimenez avec quatre maillots récoltés. Il reste José Luis Laguia devant vous, qui en détient cinq. Il lui avait fallu onze éditions pour en arriver là…  D’une manière générale, David, faites-vous attention aux palmarès dans les bouquins de vélo ?

C’est important. Cela permet de marquer une carrière… Égaler le record de victoires au grand prix de la montagne, c’est une manière de marquer le palmarès d’une course. C’est pour ça que j’en ai fait un objectif ! Deux, trois, quatre fois, alors pourquoi pas cinq ? On va tenter et si ça peut sourire, ça pourra être quelque chose de marquant, oui.

Pour être compétitif et remplir cet objectif, il faudra être au top niveau. Après ce qu’il s’est passé sur le Tour de France, vous avez dû vous battre physiquement et mentalement pour revenir dans le coup.

Oui, ça a été les deux, car je ne connaissais pas la gravité de ma blessure. Je savais que j’étais brulé de partout mais pour me rassurer, j’espérais que je serai remis à temps. Au Tour de l’Ain, ça a été rassurant, même si j’ai encore du travail. Cette année, ce sera plus dur que les autres… Mais je veux garder cet objectif en tête pour bien finir sur ma dernière course… A la base, ce n’est pas perdu d’avance, mais oui, je pense que ce sera plus dur que les autres années. Après, on donnera le maximum. Jusqu’à présent, ça m’a toujours souri, alors on va essayer de rester sur cette dynamique !

Ce sera une nouvelle fois le temps fort de votre saison. Quand vous regardez vos premiers mois de course en 2012, quel bilan tirez-vous ?

Le bilan est un peu comme celui de l’équipe… Ça n’a pas été évident… Pas riche en victoire. Je n’ai pas gagné. J’ai été bien sur quelques courses mais je n’ai pas eu le sentiment d’avoir le « coup de force ». Le poids des années se fait peut-être sentir… Après oui, je m’étais focalisé plus sur le Tour et la Vuelta. Sur le Tour, je pense que je n’étais pas si mal mais je suis tombé. Donc j’espère maintenant que ma Vuelta ne sera pas perturbée.

Sur le papier, cette Vuelta s’annonce comme la plus montagneuse de celles que vous avez courues ?

Ce ne sera pas forcément la plus dure. Oui, il y aura beaucoup de montagne, mais sur les arrivées surtout.Ce n’est pas forcément un avantage pour jouer le maillot de la montagne. Il va falloir voir si les leaders laissent un peu de temps aux échappées, car je ne pense pas pouvoir lutter à la pédale sur une arrivée en montée avec Contador ou Rodriguez ! C’est clairement la particularité première : les nombreuses arrivées au sommet.

Donc le classement général ne vous intéresse pas.

Ce n’est pas forcément la même course… Il faut être là tous les jours, tenter des coups. Enfin, je parle pour moi ! Je dois prendre des coups : c’est comme ça que j’ai gagné mes quatre victoires d’étapes : c’était quatre échappées. Les favoris, je ne vais pas me focaliser sur eux. Je n’ai pas la prétention d’avoir leur niveau en montagne.

Bon, et la retraite ? On verra ?

Je vais à la Vuelta comme si c’était ma dernière course. La dernière course de ma saison et de ma carrière. Même si ce n’est pas dit officiellement, je crois que ça l’est dans la tête… Si je venais à repartir, ce serait à cause d’un coup de jeune, parce que j’aurais eu de super jambes ! (Il s’interrompt) Non, en fait même pas… J’y vais en pensant que c’est la dernière course de ma carrière et même si j’ai continué depuis quelques années, je vais bien finir par quitter le vélo.

Donc pas de « on verra ».

C’est muri. C’est même plus ou moins décidé avant la course. Je me sens un peu moins fort, et à force de dire que je vais arrêter… Je vais sur la Vuelta pour prendre du plaisir, pour montrer le maillot Cofidis, et dans l’esprit que ce sont mes trois dernières semaines.

Le recrutement de Cofidis vous aide à partir sereinement ?

Je pense qu’une nouvelle ère démarre. L’équipe va être remaniée à 50%. Après, je ne dis pas que c’est ça qui me pousse à partir… Non, pas du tout. Ça fait quatre ans que je dis à Cofidis que je vais arrêter… Année après année, j’ai hésité. Mais je pense qu’au bout d’un moment, il doit y avoir le déclic. Je veux avant tout prendre du plaisir sur le vélo. Le souhait, c’est de finir avec une victoire d’étape. Je n’ai pas gagné cette année et revivre ce sentiment de victoire une dernière fois avant de partir, ce serait terminer en beauté ! Je vais également faire le maximum pour avoir un cinquième maillot à pois. Après, si vous me dites que je peux lever les bras, même si après il n’y a pas le maillot de grimpeur au bout, même si c’est un objectif, je signe ! Je souhaite surtout lever les bras une dernière fois.




Facebook Velochrono


  1. J’espère que tu lèveras les bras une dernière fois sur cette Vuelta très montagneuse David, en remportant une étape des dix qui se termineront au sommet et, si c’est encore possible, le classement du meilleur grimpeur!

    On dirait que le Guillén t’a fait une Vuelta sur mesure farcie de cols comme tu les aimes pour ta dernière participation!
    C’est la façon des Espagnols de te rendre honneur et de te remercier de tous tes succès sur la Vuelta, Monsieur Moncoutié! Que le spectacle commence…


  2. Mardi 14 août 2012 à 22:24 - kaskaskol | Thumb up 9 Thumb down 11

  3. Alors bon courage MR Moncoutié et surtout bonne chance !


  4. Mardi 14 août 2012 à 23:03 - Quentiji | Thumb up 14 Thumb down 1

  5. Bonne ITW. Moncoucou restera un coureur intelligent et propre.


  6. Mardi 14 août 2012 à 23:03 - Zdrnekstylebar | Thumb up 15 Thumb down 4

  7. Je pense que Moncoutié préfère cent fois une étape de montagne comme il y en a trois sur cette Vuelta, plutôt que la litanie de courses de côtes qu’on verra. Se faire 150 bornes d’échappée sur le plat je suis pas sûr que ce soit ce dont il ait besoin avant la côte d’arrivée. Surtout que c’est beaucoup plus facile à contrôler pour le peloton.


  8. Mardi 14 août 2012 à 23:25 - Ben, l'oncle saoul | Thumb up 13 Thumb down 1

  9. Je souhaite le meilleur à Moncoucou pour cette Vuelta.

    Snif, snif il va me manqué l’année prochaine :(
    Il restera comme un coureur attachant, toujours digne, fidèle à son équipe.
    Un coureur qui ne fait pas beaucoup de bruit, mais qui a construit sa carrière et ses succès avec une grande intelligence.


  10. Mardi 14 août 2012 à 23:36 - bastien | Thumb up 6 Thumb down 1

  11. L’un des seuls coureurs crédibles ayant couru chez les pros pendant 15 ans. Un peu en marge, certes, mais il a eu bien raison de ne pas se mêler de trop près avec les autres. D’ailleurs je ne pense pas qu’il a un état d’esprit « normal » dans ce milieu. C’est pour ça qu’on est obligé d’aimer ce gars, c’est pas le petit pro qui se la pète :)


  12. Mercredi 15 août 2012 à 0:42 - Léonard de Vinci | Thumb up 13 Thumb down 1

  13. Le gars découvre la Vuelta à 33 piges, la court à 4 reprises et ramène 4 maillots de meilleur grimpeur plus 4 étapes. Respect ! Heureusement pour les espagnols qu’il n’y est pas allé dix ans plus tôt !
    Malheureusement je pense qu’il sera très compliqué pour Moncoutié de ramener ce 5ème maillot de meilleur grimpeur. D’abord il y a les doutes sur sa condition tant physique (quel est son état de forme ? quid de ses douleurs au dos ?) que mentale (est-il assez motivé pour batailler pendant 3 semaines ou est-il déjà à moitié en vacances ?) et puis surtout le parcours ne lui est pas du tout favorable.

    On n’arrête pas de parler de Vuelta très montagneuse mais les 3/4 des étapes dites de montagne se résument en fait à une « promenade » de 150 bornes de plat avant une montée finale avec arrivée au sommet. Et finalement il n’y a pas plus de 3 ou 4 étapes qui comportent de vrais enchainements de cols et qui permettront à un grimpeur baroudeur de faire le plein de points. Donc pour espérer ramener le maillot il ne faudra surtout pas rater l’échappée sur ces étapes (en gros les étapes 3, 14, 16 et 20).

    Dans ces conditions je pense que le meilleur grimpeur sera un des favoris du général (je verrais bien Contador ou Rodriguez). Et pour Moncout’ j’espère qu’il décrochera une victoire d’étape au terme d’un long baroud dont il a le secret. Allez je mets une pièce sur la quatorzième étape qui arrive au sommet du Puerto de Ancares pour conclure sa très belle carrière (un des cinq plus beaux palmarès du cyclisme français actuel). Ah ça va faire bizarre de ne plus le voir trainer en queue de peloton.


  14. Mercredi 15 août 2012 à 4:33 - PinKou | Thumb up 11 Thumb down 2

  15. CHAPEAU ET MERCI


  16. Mercredi 15 août 2012 à 8:10 - gomezdelmoral | Thumb up 7 Thumb down 0

  17. Rien à ajouter, vous avez tout dit sauf qu’ il a remporté le Tour en 2002 à la 13ième place.


  18. Mercredi 15 août 2012 à 9:35 - ventdest | Thumb up 6 Thumb down 4

  19. Quel dommage quand même qu’il soit arrivé dans le vélo pendant les pires années du dopage… Quand on voit sa classe en montagne, il aurait 22 ou 23 ans aujourd’hui on en parlerait comme d’un Pinot. A l’époque il pouvait au mieux faire 20 à la pédale d’une étape de montagne du Tour tellement tout le monde était chargé.

    Pour survivre mentalement et ne pas céder à la tentation il a du d’une certaine manière décrocher et renoncer à être ambitieux, se contentant de résultats de ci de là. Sachant qu’en plus naturellement ce n’est pas un mec qui aime frotter et se concentrer sur le CG, ça a renforcé ce côté là.

    Mais vraiment on pourra se souvenir de lui comme un immense talent qui s’est fait voler l’immense majorité de sa carrière.


  20. Mercredi 15 août 2012 à 9:39 - veji1 | Thumb up 12 Thumb down 2

  21. Faut pas se leurrer, si il n’a jamais rien fait sur le Tour y a une raison…


  22. Mercredi 15 août 2012 à 14:55 - Thibault008 | Thumb up 3 Thumb down 3

  23. Je retiens la Vuelta 2010, sur une arrivée a plus de 20% Gilbert se faisait laché juste avant le sommet et Moncoutié revient de l’arriere et sur les cols long au train il etait inamovible il craquait juste quand ca attaquait, sa montre bien que c’est ca course.


  24. Mercredi 15 août 2012 à 18:28 - Mais ou est donc passer Maxim Iglinsky ? | Thumb up 4 Thumb down 1

  25. Felicitations a ce mec

    Je suis sur que c’est un mec qui aurait pu etre dans le top 5 tour de france sans toutes las affaires de dopage.
    Mais en le connaissnt un peu, c’est un mec simple,sympa ,souriant, et qui ne se prend pas la tete.
    Moncoutie, la classe…

    BONNE RETRAITE A TOI


  26. Mercredi 15 août 2012 à 21:54 - ETIENNE | Thumb up 3 Thumb down 0

  27. kaskaskol se prend pour Thierry Adam…!


  28. Jeudi 16 août 2012 à 16:32 - Mais ou est donc passer Maxim Iglinsky ? | Thumb up 1 Thumb down 3

  29. Eh !!!

    Non mais arrêtez de voler mon pseudo !


  30. Jeudi 16 août 2012 à 17:10 - Mais ou est donc passer Maxim Iglinsky ? | Thumb up 1 Thumb down 2

  31. Moncoucou un coureur intelligent? on parle bien du gars qui a foiré une course sur deux car il ne voulait pas frotter?


  32. Lundi 20 août 2012 à 23:20 - Sergei | Thumb up 0 Thumb down 3

  33. J’ai suivi la carrière de ce coureur atypique avec sympathie ,mais je trouve dommage qu’il n’ait pas fait davantage d’efforts pour réussir sur le TDF ,au lieu de faire de la Vuelta so objectif annuel , même s’il a montré qu’il y réussissait . Il a montré quon peut avoir des résultats en pédalant à l’eau claire ,et en restant fidèle à une équipe , et il a eu un certain mérite ces dernières années….


  34. Lundi 20 août 2012 à 23:31 - Cariou | Thumb up 0 Thumb down 0



Direct Cyclisme
Transferts Cyclisme
Application Velochrono
Actu Cyclisme

actu cyclisme à ne pas louper  Qui est Miguel Angel Lopez ?
actu cyclisme à ne pas louper  Vuelta : Le parcours de la 10e étape
actu cyclisme  Velochrono vous répond
actu cyclisme  Vidéo - Anacona, enfin Winner
actu cyclisme  Chavanel cartonne à Plouay !
actu cyclisme  Le VeLive du 31 août
actu cyclisme  La mission de Gallopin
actu cyclisme  GP de Plouay : La liste des partants
actu cyclisme à ne pas louper  Vuelta : Le parcours de la 9e étape
actu cyclisme  Vidéo - Bouhanni dans le vent
actu cyclisme à ne pas louper  Le VeLive du 30 août
actu cyclisme à ne pas louper  Vuelta : Le parcours de la 8e étape
actu cyclisme  De Marchi, de la suite dans les idées
actu cyclisme à ne pas louper  Le VeLive du 29 août
actu cyclisme  Ils répondent tous présent


Agenda Cyclisme

  Tour de l'Avenir - 2.Ncup - 23 au 30 août
    www  start list passeport M. A. Lopez
    #P C. Flakemore - #1 K. Skjerping - #2 C. Ewan
    #3 D. McLay - #4 I. Davidenok - #5 D. Teuns
    #6 M. A. Lopez - #7 L. Vervaeke


  Tour d'Espagne - WT - 23 août au 14 septembre
    www parcours  start list
    #1 Movistar - #2 N. Bouhanni - #3 M. Matthews
    #4 J. Degenkolb - #5 J. Degenkolb - #6 A. Valverde
    #7 A. De Marchi - #8 N. Bouhanni - #9 W. Anacona


  Tour du Poitou-Charentes - 2.1 - 26 au 29 août
    www start list Sy. Chavanel
    #1 M. Cavendish - #2 M. Cavendish - #3 N. Ruffoni
    #4 Sy. Chavanel - #5 Je. Herrada


  Grand Prix de Plouay - WT - 31 août
    www start list Sy. Chavanel

  Tour d'Alberta - 2.1 - 2 au 7 septembre
    www

calendrier du mois


forum cyclisme

 Velochrono vous répond (27)
 Chavanel cartonne à Plouay ! (33)
 Vuelta : Le parcours de la 10e étape (24)
 Qui est Miguel Angel Lopez ? (8)