Vichot : « La physionomie parfaite pour moi »



On était au chaud, on faisait de la patinette derrière.

La FDJ était en verve, ce dimanche, sur les Boucles de Sud-Ardèche. C’est d’abord Rémi Pauriol qui a longtemps pensé pouvoir s’imposer, après avoir attaqué dans la principale difficulté du circuit final, à une quinzaine de kilomètres de l’arrivée. Seulement accompagné par Jérôme Coppel, il était finalement repris à trois bornes de l’arrivée. C’est ensuite Thibaut Pinot qui a suivi les dernières tentatives, mais la course devait se jouer au sprint, pour une quinzaine de coureurs. Et c’est à ce petit jeu-là qu’Arthur Vichot a tiré les marrons du feu, remportant sa deuxième victoire chez les pros après la deuxième étape de Paris-Corrèze en août dernier. « On était au chaud, on faisait de la patinette derrière, raconte le jeune Français à Velochrono. Leopard-Trek roulait pour Wegmann mais globalement c’était assez désorganisé. »

Sa pointe de vitesse, il le sait, est un atout. Elle lui a permis de s’imposer sur Paris-Corrèze l’an passé, de faire cinquième du GP La Marseillaise il y a un mois. « J’essaie de travailler ça à l’entraînement, confirme l’intéressé. J’ai quand un même un physique qui se prête à ça, je suis musculeux des jambes, et je passe très bien les bosses. Là, c’était la physionomie parfaite pour moi : quinze mecs au sprint c’est l’idéal. En plus, je sentais que j’avais de bonnes jambes. » Et ça n’a pas raté, grâce à un bon remplacement dans le dernier kilomètre.

« Je n’ai plus trop de pression maintenant »

Vichot, qui se définit avant tout comme un puncheur, prend de l’assurance chez FDJ et ce succès lui enlève une épine du pied. « Je n’ai plus trop de pression maintenant, alors je vais pouvoir me dévouer sur Paris-Nice. » Au profit de ses leaders Pierrick Fédrigo et Sandy Casar, qu’il a gagné le droit d’accompagner sur la course au soleil en même temps qu’il levait les bras dimanche. Mais quels objectifs personnels se donne-t-il ? La Coupe de France ? « Ce n’est pas très ambitieux. Bien sûr, c’est super dur d’en gagner une mais il faut viser plus haut ! Ce n’est pas vraiment un objectif. » Non, ce qui le fait « rêver », ce sont les Ardennaises et les Mondiaux, bref les grandes classiques. Des Boucles du Sud-Ardèche en plus grand, en somme.

Par - Lundi 28 février 2011 - 13:22


Facebook Velochrono


  1. voila , l’aube d’un nouvveau jour , enfin la naissance de futur très bons momments dans un cyclisme français perdu au millieu de toutes ces affaires…alors,il y a par chance encore des passions qui animent des hommes d’experriences a former,préparer de jeunes courreurs avec de vrais valeurs,un style,une classe a part,un mental..j’attend l’avenement de pinot,aujourd’hui je tire ma réverance a arthur vichot et fais un clin d’oeil a jacques décrion qui a bien apporté sa pierre a ce bel édiffice.il y a des pépites a la française!croyer en vous,soyer ambicieux,continuer de nous faire vibrer.a bientôt revoir vos noms marqué en lettres d’or a l’aube d’une saison 2011 qui s’annonce des plus belles,avec des victoires et de bons classements,dans les courses de prestiges. alan amarïs chanteur siffleur.amoureux de la petite reine,arthur vichot bienvenue a la cour des seigneurs!


  2. Lundi 28 février 2011 à 15:47 - alain gaël jezequel | Thumb up 0 Thumb down 0

  3. Hier j’ai assisté à la course au rocher de Sampzon.
    Une course magnifique, bien organisé, de la bagarre,avec un paysage grandiose. J’espère que l’an prochain elle figurera en Coupe de France. Bravo aux organisateurs


  4. Lundi 28 février 2011 à 19:15 - JEAN-MARIE84 | Thumb up 0 Thumb down 0