Rodriguez, encore battu mais « optimiste »



Deuxième de l’Amstel Gold Race dimanche, et maintenant deuxième de la Flèche wallonne. À chaque fois derrière Philippe Gilbert. Joaquin Rodriguez tombe sur un os durant ces classiques ardennaises. Le coureur espagnol est le plus véloce sur les bosses finales après son adversaire belge, mais se contente-t-il de ces accessits ? « J’aurais aimé gagner, répond-t-il. Ce parcours me convenait plus que celui de l’Amstel Gold Race. Sauf que c’était presque impossible de lutter avec Philippe Gilbert. Honnêtement, je ne m’attendais à ce qu’il attaque si tôt. Une offensive de notre part était plus prévisible, laquelle l’aurait théoriquement contraint à attendre un sprint final pour remporter cette course. » Bouche bée, donc.

Il reste toutefois une course, dimanche, Liège-Bastogne-Liège. S’il doit gagner l’une des trois classiques ardennaises, que ce soit la Doyenne ne serait pas le pire des sorts pour Purito : c’est la plus prisée de la semaine ! « Je suis optimiste. Il y a peu de coureurs qui ont été capables de remporter les trois courses (un seul, Davide Rebellin en 2004, ndlr). Danilo Di Luca, en 2005, a gagné facilement l’Amstel Gold Race et la Flèche wallonne, puis il n’était pas au mieux à Liège et il a perdu. Philippe Gilbert sera évidemment le favori, mais j’ai prouvé que j’étais en bonne forme également, et j’essayerai bien sûr de gagner. » Sur la Doyenne, Katusha aura d’ailleurs un peu plus de facilité à abattre ses cartes. L’option « course d’équipe » peut davantage seoir à cette classique forte d’un dénivelé plus important, et d’une distance totale exténuante.

Kolobnev : « L’objectif était d’en faire baver à Gilbert »

Dans cette optique, Alexander Kolobnev aura son mot à dire. Le Russe est en forme : ce mercredi, il a tenté de filer en douce à l’avant-dernier franchissement du Mur de Huy, trente kilomètres avant l’arrivée. « J’ai essayé d’anticiper. L’objectif était bien sûr d’en faire baver à Philippe Gilbert pour avantager Joaquin Rodriguez. Je dirais que cette stratégie était vraiment la bonne, car quand je suis allé dans l’échappée, tous les Omega Pharma – Lotto (coéquipiers de Gilbert, ndlr) se sont placés en tête du peloton de manière à protéger leur leader. Il a juste manqué un petit quelque chose, comme sur l’Amstel Gold Race. » Et sur Liège-Bastogne-Liège, Kolobnev promet à nouveau la guerre : « Je pense que la tactique sera la même. Anticiper les attaques pour faire travailler Gilbert, qui est à l’évidence le favori. »

Par - Mercredi 20 avril 2011 - 18:43



      Le compte-rendu de la course
      La vidéo du final

Facebook Velochrono