Bernaudeau : « Je veux une âme »


Bernaudeau : « Je veux une âme »

Par
Mardi 5 octobre 2010 - 18:47







Il a alimenté la chronique pendant tout le mois de septembre. A coups de déclarations, de complaintes, d’effets d’annonces, de déceptions. On pensait même qu’il en faisait trop, mais à l’arrivée, Jean-René Bernaudeau a eu raison de s’accrocher. Le manager général de Bbox Bouygues Telecom a fini par trouver un sponsor pour les trois prochaines saisons. Entre deux rendez-vous, le futur patron sportif d’Europcar revient pour Velochrono sur cette signature in-extremis, l’effectif de l’équipe et les ambitions pour l’an prochain.

Jean-René Bernaudeau, on vient d’apprendre que Laurent Lefèvre ne fera pas partie de l’aventure Europcar. Pourquoi ?

Quand on signe avec un nouveau sponsor, il y a des choix à faire. Cette année, on a une cuvée exceptionnelle chez Vendée U. Laurent a été très bien traité chez nous, il a le quatrième ou le cinquième salaire de l’équipe. Il savait très bien que je ne le garderai pas.

Il vous reproche de ne pas l’avoir appelé pour le prévenir, il se dit « déçu par la manière »…

Ce n’est pas très grave, je ne suis pas très surpris. Ce n’est franchement pas un événement. Ca fait partie du jeu, d’aller voir les médias. Il dit que je ne l’ai pas appelé, mais ces derniers jours lui ne m’a jamais appelé pour me soutenir. Tous les coureurs m’ont énormément soutenu ; lui, jamais.

« Thomas a été exemplaire, de manière inoubliable »

Cette aventure Europcar, on le sait, n’aurait jamais existé sans Thomas Voeckler. Comment l’avez-vous convaincu de rester, de ne pas aller chez Cofidis ?

Vendredi, Thomas avait pour deadline 18 heures : j’étais en pleines négociations avec Europcar. Je leur ai dit que l’heure était dépassée, que Thomas avait déjà été au bout du bout avec moi. Je n’avais pas le droit de lui demander plus, il avait déjà été exemplaire, d’une manière inoubliable. Ils ont compris, ils l’ont appelé.

Et ils lui ont dit assez vertement les choses : restez, ou mettez cinquante personnes au chômage.

Non. Leur coup de fil était totalement normal. Thomas est très carré : une deadline est une deadline. Mais les gens d’Europcar lui ont dit : « Monsieur Voeckler, il faut nous croire, on a vraiment envie de le faire, d’investir. Restez. »

« Je ne pense pas que l’on prendra d’autres coureurs »

C’est ce qu’il a fait, et c’est ce qui vous a permis de déposer hier (lundi) le dossier de l’équipe auprès de l’UCI

Il y a 19 noms (voir la liste au pied de l’article), dont les trois néo-pros (Tonny Hurel, Kévin Reza et Jérôme Cousin) et Christophe Kern, qui est notre seule recrue. Je ne pense pas que l’on prendra d’autres coureurs. En tout cas, on a une réunion importante mardi prochain (12 octobre) pour établir notre calendrier de l’an prochain et nos besoins avec les directeurs sportifs. D’ici là, je peux vous affirmer qu’il n’y aura aucune recrue. On verra ensuite selon la réunion, mais ce n’est pas ma préoccupation aujourd’hui.

A quel niveau courrez-vous ?

On sera en Continental Pro (il ne manque que l’avalisation de l’UCI, a priori acquise, ndlr). On a un bon dossier, et c’est la première fois que nous signons un contrat de sponsoring avec une entreprise au statut international. Logiquement, Europcar a donc des ambitions internationales.

Ce qui signifie plus de coureurs étrangers, plus de courses hors de France ?

L’an prochain, on va déjà apprendre à se connaître, et à s’aimer. Ensuite, on parlera d’avenir. Mais il y a une volonté du sponsor d’aller dans des pays bien ciblés. Lesquels ? Je ne sais pas.

« Ca va être le plus beau jour de ma vie »

L’an prochain, et c’était un des mélodrames de votre recherche de sponsor, le Tour de France s’élancer de chez vous, de Vendée. Qu’est-ce que cela représente pour votre équipe ?

C’est l’histoire qui se répète. En 2005, quand l’aventure Bouygues Telecom a débuté, le Tour de France démarrait aussi de Vendée. Ca va être une émotion énorme, parce que l’équipe a bien sûr gagné en notoriété depuis. Le dimanche 3 juillet va être incroyable, puisque le départ et l’arrivée du contre-la-montre par équipes (Les Essarts – Les Essarts, 23 km, ndlr) seront donnés devant le siège social de l’équipe. Je crois que ça va être le plus beau jour de ma vie.

Est-ce aussi significatif pour les coureurs ?

L’équipe, aujourd’hui, est totalement vendéenne. Thomas Voeckler habite en Vendée, son voisin c’est Anthony Charteau… Imaginez ce que ça représente pour eux. On l’a déjà vu aux championnats de France à Chantonnay, en juin (remporté par Voeckler, ndlr). Quand vous disputez la plus grande course du monde à domicile, ça vous donne une motivation énorme.

« Thomas ressort très grandi de toute cette histoire »

Vous ne recrutez que trois néo-pros et Christophe Kern. Ca semble peu pour pallier les départs conjugués de Pierrick Fédrigo, Steve Chainel, William Bonnet, Johann Tschopp, Yuri Trofimov ou encore Nicolas Vogondy ?

Je n’ai pas peur d’avoir perdu en qualité, au contraire. L’important, c’est l’âme de l’équipe. Je crois que les événements de ces derniers jour ont prouvé que nous avions une âme. C’est ça une équipe, ce n’est pas acheter des voitures, des vélos, des coureurs. Tous les ans, on est là, on est présent, on se maintient au même niveau. Auriez-vous misé un euro sur Turgot en début de saison ? L’an prochain, il y aura d’autres révélations de ce type, des confirmations. Je n’achète pas des noms. Je veux une âme.

Christophe Kern correspond-t-il à cette âme ?

Ce qui est important, c’est de construire un collectif. Christophe, je le connais parfaitement, il a un gros potentiel. Il y a des réglages à faire, ce n’est pas forcément facile, mais humainement, et comme coureur, il a un potentiel formidable.

Qu’est-ce que le rôle joué par Voeckler dans la poursuite de votre équipe va changer ?

Je pense que Thomas ressort très grandi de toute cette histoire, et que son rôle va être encore plus important qu’avant au sein de l’équipe. L’état d’esprit dont il a fait preuve va déteindre sur tout le monde.

Sa victoire sur le GP de Québec prouve une fois de plus qu’il peut gagner de grandes courses. Est-ce que vous en discutez ?

Thomas, c’est l’excellence intellectuelle. Il sait exactement ses possibilités, il les exploite au mieux. Il sait ce qu’il est capable de faire.

L’effectif 2011 d’Europcar : Yukiya Arashiro, Giovanni Bernaudeau, Franck Bouyer, Mathieu Claude, Anthony Charteau, Jérôme Cousin, Damien Gaudin, Cyril Gautier, Yohann Gene, Saïd Haddou, Tony Hurel, Vincent Jérôme, Christophe Kern, Alexandre Pichot, Perrig Quemeneur, Kévin Rezza, Pierre Rolland, Sébastien Turgot et Thomas Voeckler.


Facebook Velochrono


  1. bel interview de b bouthier et des explications de JR BERNAUDEAU, bon c’est vrai qu’il ne peut faire différemmentpour l’instant 19 coureurs car ce n’est qu’en continental mais bon il faut des réglages c’est certin comme il le dit avec son sponsor, mais il y a je pense encore sur le « marché » sebatien chavanel pourquoi pas c’est sur que les autres sont jeunes mais je pense qu’ils vont se transcender tous pour l’équipe thomas et EUROPCAR dont vive l’an prochain et surtout le départ en juillet qui aura à coup sûr une saveur particulière pleine d’émotion de gratitude de volonté de panache de bien faire des coureurs, nous sommes heureux(e) pour eux et aussi pour tous les personnes qui apprécient cette équipe fans français étrangers, etc… bonne route et vive l ‘equipeeuropcarcyclistes.


  2. Mardi 5 octobre 2010 à 22:44 - miss stan | Thumb up 0 Thumb down 0



Direct Cyclisme
question tour de france
Application Velochrono
Actu Cyclisme

actu cyclisme à ne pas louper  Le VeLive du 24 juillet
actu cyclisme à ne pas louper  D’Hautacam à l’Olympe, en passant par l’Enfer
actu cyclisme  Derniers enjeux en montagne
actu cyclisme à ne pas louper  Tour : Le parcours de la 18e étape
actu cyclisme  Ça rigole pour Majka
actu cyclisme à ne pas louper  Le VeLive du 23 juillet
actu cyclisme à ne pas louper  Poulidor, l’homme qui a dit non
actu cyclisme  Deux par deux
actu cyclisme à ne pas louper  Tour : Le parcours de la 17e étape
actu cyclisme  Vidéo - Rogers en solo, Pinot fait le ménage
actu cyclisme à ne pas louper  Le VeLive du 22 juillet
actu cyclisme à ne pas louper  Tour : Le parcours de la 16e étape
actu cyclisme  Velochrono vous répond
actu cyclisme  Vidéo - Kristoff bourreau de Bauer et Elmiger
actu cyclisme à ne pas louper  Le VeLive du 20 juillet


Agenda Cyclisme

  Tour de France - WT - 5 au 27 juillet
    www start list parcours favoris vidéos
    #1 M. Kittel - #2 V. Nibali - #3 M. Kittel
    #4 M. Kittel - #5 L. Boom - #6 A. Greipel
    #7 M. Trentin - #8 B. Kadri - #9 T. Martin
    #10 V. Nibali - #11 T. Gallopin - #12 A. Kristoff
    #13 V. Nibali - #14 R. Majka - #15 A. Kristoff
    #16 M. Rogers - #17 R. Majka


  Classique d'Ordizia - 1.1 - 25 juillet
    www

  Tour de Wallonie - 2.HC - 26 au 30 juillet
    www

  GP Larciano - 1.1 - 26 juillet
    www

  Tour de Toscane - 1.1 - 27 juillet
    www

calendrier du mois


forum cyclisme

 Le VeLive du 24 juillet (4)
 Derniers enjeux en montagne (10)
 Tour : Le parcours de la 18e étape (25)
 D’Hautacam à l’Olympe, en passant par l’Enfer (5)